Couleurs du cèdre

CEDRE  Nuancier entier.jpg

Le cèdre a des couleurs maritimes

A première vue, les cèdres nous semblent différents des autres conifères, que ce soit dans les parcs ou dans les cédraies françaises comme celle de Bédoin dans le Ventoux ou de Lacoste dans le Lubéron. Leurs branches sont plus fines que la plupart des autres conifères. Elles ont une couleur « bleutée » qui surprend et qui varient d’un sujet à un autre chez les cèdres de l’Atlas comme chez les cèdres du Liban .

Les aiguilles de près comme les peuplements de loin adoptent des couleurs rares dans les milieux terrestres. Ce sont les couleurs de la mer depuis la vague sur la plage avec son écume et ses tourbillons jusqu’aux horizons lisses reflétant le ciel en le rafraichissant.

Les couleurs des écorces et du bois font partie des écorces « rouges » ; elles rappellent également les rochers littoraux.

 

Rouges et bruns-rouges : 030 à 050 en numérotation Ral Design

Les écorces et les cônes sont rouges et bruns rouges, même si leurs couleurs sont généralement très insaturées (grises) sauf pour de petites parties : cône très jeune et tige de semis.

 

Orangés : 060et 070 en numérotation Ral Design

Le bois est orangé, parfois de manière très nette (couleur 15) et les aiguilles sèches sont d’un orangé un peu plus jaune (couleur 19)

 

Ensoleillement  : en plein soleil et de près, les aiguilles et les reflets sur les rameaux secs prennent les teintes très classiques de la forêt méditerranéennes que l’on voit aussi bien dans la garrigue que dans les pinèdes ou les chênaies vertes.

 

Du vert au bleu de près et de loin :

Classiquement les objets lointains sont plus bleus et moins saturés (plus gris) que les objets proches.

Pour le cèdre, comme pour les rivages marins, l’observation montre un comportement différent. Certaines couleurs bleutés et très peu saturées (de 35 à 38) sont celles que l’on voit de près , ce qui explique cette subtile impression d’un objet à la fois proche et lointain. Au contraire, on peut observer à 1km des verts assez vifs (couleurs 27).

Alors qu’on trouve des verts-bleus sur des parties proches, les lointains sont moins bleus que ceux d’autres forêts : couleurs 39 et 40 situées en 200 dans la numérotation Ral alors que beaucoup de lointains le sont en 230 et 240.

Enfin, il est remarquable de voir de grandes différences de vert entre des sujets voisins. Ces différences peuvent s’expliquer de deux manières :

  • Il existe effectivement des différences individuelles de couleur comme on peut s’en apercevoir dans des forêts plantées de cèdres de l’Atlas  (Ventoux, Luberon…)

  • La nature des verts, classés de 130 à 150 à la jonction des bleus dans Ral Design  explique aussi que notre jugement les qualifient tantôt de verts tantôt de  de bleus selon l’environnement dans lequel ils se trouvent. Joseph Albers a bien montré dans son « Interaction des couleurs » cette variation de notre appréciation d’une couleur selon le contexte où elle est située.

_copie-0_voyage des couleurs du cèdre - Copie.jpg

Harmonies

Il n’y a pas de couleur isolée ; les nuances forment toujours des accords qui sont caractéristiques d’un paysage ou d’un sujet comme ses couleurs individuelles.

Pour le cèdre, j’ai récolté dix harmonies qui sont présentées, collées sur le tableau « le voyage des couleurs du cèdre »

Elles ont, bien sûr, été réalisées avec les couleurs du nuancier

De gauche à droite et de haut en bas :

  1. Rameau ensoleillé devant le lointain

  2. Peuplements à 1 km

  3. Rameaux à la lumière et à l’ombre

  4. Branches et tronc

  5. Litière avec aiguilles sèches

  6. Bois

  7. Semis

  8. Ecorce

  9. Cône vert

  10. Petit cône rouge